Politique de recherche

Supélec est une institution de statut privé (association) mais négocie avec l’État un Contrat Quadriennal. À ce titre, elle doit non seulement se comparer à la recherche publique, dont la priorité est la production académique et qui est évaluée par l’AERES (Agence d’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur) mais aussi à la recherche en entreprise, puisque son Contrat Quadriennal lui demande de se procurer 50% de son budget (réel, donc incluant les salaires) sous forme de ressources propres (les revenus de la recherche forment la moitié de celles-ci). Il s’agit là d’un double défi que Supélec relève par sa volonté d’accroître son ancrage dans le système français d’enseignement supérieur et de recherche tout en assurant la croissance durable de son modèle d’économie mixte. La recherche a donc des positionnements sociétaux et scientifiques correspondant à ces défis et cohérents avec la formation des ingénieurs Supélec.



Positionnement sociétal

Supélec veut assurer une continuité totale entre recherches amont et recherches partenariales (qui interagissent avec le monde socio-économique). En effet, les recherches amont seules ne servent pas directement la société, les recherches partenariales seules ne permettent pas de préparer l’avenir. Pour générer des idées nouvelles, le chercheur d’une école d’ingénieurs doit connaître les tendances et les besoins de la société.



 

Positionnement scientifique


La recherche pratiquée dans une École d’ingénieurs se doit de mettre l’accent sur les couplages forts entre enseignement et recherche d’une part, disciplines abstraites et applications d’autre part.


Ce sont ces disciplines abstraites (les « Sciences des systèmes ») qui sont au cœur de la stratégie scientifique de Supélec. On considère ici les sciences des systèmes comme l’ensemble des disciplines qui permettent d’analyser, concevoir et donc modéliser des systèmes multi-technologiques, multi-physiques, multi-échelles , … s’appuyant sur un socle technologique composé des domaines de l’information et de l’énergie (figure).


Positionnement scientifique

 
Dernière modification : 22/06/2011