Présentation

Une équipe...

Implanté sur le campus de Gif-sur-Yvette, le département "Electrotechnique et Systèmes d'Energie" (en abrégé : Energie) rassemble une équipe d'une quarantaine de personnes dont dix-sept enseignants-chercheurs à temps plein et une quinzaine de doctorants et stagiaires de fin d'études. Cette équipe développe au sein de Supélec des activités d'enseignement, de formation continue et de recherche dans le domaine des systèmes d'énergie électrique.

Des infrastructures...

Les travaux menés au département Energie s'appuient sur des moyens de calcul et de simulation performants, mais aussi sur des plateformes expérimentales dédiées à l'enseignement et à la recherche.
Ainsi, les installations du laboratoire rassemblent près de 100 machines tournantes dans une gamme allant jusqu'à 10 kW, des convertisseurs de puissance, des moyens de test et de mesure, etc. Ces moyens expérimentaux sont complétés par un parc informatique et logiciel rassemblant à la fois des moyens de calcul (Matlab, DSpace), des simulateurs de réseaux électriques (JPélec, EMTP, ARENE, Power System Blockset) et des programmes de calcul par éléments finis (ANSYS). 
   

Une approche...

Comprendre les phénomènes physiques pour les modéliser, modéliser pour simuler, et simuler pour concevoir et optimiser des systèmes, tel est, sommairement résumé, le fil conducteur de notre démarche : l'ensemble des moyens humains et matériels de l'équipe est au service d'une véritable "approche système" dans le domaine de l'énergie.   
   

Un partenariat industriel fort...

Les activités de recherche du département Energie sont, pour la plupart, menées en partenariat étroit avec le monde industriel. Cette démarche garantit à la fois la bonne adéquation des axes de recherche avec les besoins du secteur "génie électrique", au sens le plus large, mais aussi des retombées sur l'enseignement de la discipline auprès des étudiants de Supélec, à la fois en tronc commun (1ère et 2ème année) et en option de 3ème année ("systèmes énergétiques", "conversion de l'énergie" et "énergie").
   

Une ouverture internationale...

L'ouverture vers d'autres laboratoires, en France mais aussi à l'étranger, se décline à la fois dans le domaine de l'enseignement et dans celui de la recherche. Chaque année, des étudiants étrangers, pour la plupart européens, suivent ainsi l'une des deux options de 3ème année pilotées par le département Energie. Ces échanges s'appuient sur les relations internationales développées plus généralement par Supélec dans le cadre de conventions avec les plus grandes universités européennes, américaines ou asiatiques. En matière de recherche, les actions de coopération internationale se traduisent notamment par des co-encadrements de thèses, des réponses communes à des appels d'offres européens (PCRD), des échanges de stagiaires et plus généralement par le développement d'un réseau de contacts universitaires. Des enseignants du département sont également amenés à donner des conférences ou des modules de cours dans des universités étrangères en 3ème cycle. Le département Energie représente aussi Supélec au sein de l'organisme européen EES-UETP.
   

Au-delà du génie électrique...

Si le génie électrique reste le coeur de compétence du département Energie, les activités d'enseignement et de recherche ont naturellement conduit à une ouverture vers d'autres disciplines.
Dans le domaine des systèmes de production, transport et distribution d'énergie électrique, les aspects scientifiques et technologiques sont de plus en plus intimement liés à des mécanismes économiques, en particulier sous l'impulsion de de l'ouverture progressive à la concurrence des marchés de l'électricité. Le département Energie a développé dans ce cadre un partenariat fort avec la faculté d'économie Jean Monnet (université Paris XI), allant jusqu'à la co-habilitation du DEA EGIR (Economie et Gestion de l'Information et des Réseaux).
Dans le domaine des plasmas, nos activités de recherche nous ont conduit à étudier l'interaction entre une décharge électrique et un système chimique (par exemple : gaz) ou biologique (par exemple : molécule d'ADN). Là encore, ces activités passent par coopérations avec des équipes extérieures, telles que l'IGM (Institut de Génétique et de Microbiologie).




 
Dernière modification : 18/02/2014