Supelec Com

 
 
 
 
Rechercher
 
logo supelec
 



Une grande école d'ingénieurs au cœur des sciences
de l'information, de l'énergie et des systèmes

 
 
 

Forum Carrière à Sao Paulo Actualités CentraleSupélec et Hong Kong University of Science and Technology ont signé un accord de double-diplôme de Master

Ce article est issu d'une collaboration avec le professeur Abdel Lisser du Laboratoire de Recherche en Informatique (LRI) et d'un financement de post-doc par DIGITEO du projet SUN (Stochastic optimization of uncertain bilevel problems).

  • Sébastian Volz du Laboratoire Énergétique Moléculaire et Macroscopique Combustion, EM2C-CNRS UPR 288, de CentraleSupélec avec Jay Amrit et Aymeric Ramière du Laboratoire d’Informatique pour la Mécanique et les Sciences de l’Ingénieur, LIMSI-CNRS UPR 3251, de l’Université Paris-Sud ont publié l’article « Thermal resistance at a solid/superfluid helium interface » dans la revue scientifique Nature Materials le 29 février 2016.
     
  • Les docteurs Eleonore Mounoud et Angela Minzoni, du laboratoire Génie Industriel (LGI) de CentraleSupélec sont les auteures de « Faisons Simplexe de A à Z », un livre publié en avril 2016 aux Presses Universitaires de France (hors collection).

    Angela Minzoni et Éléonore Mounoud sont titulaires de la Chaire BNP Paribas « Efficacité opérationnelle et systèmes de management ».
     

    Elle conduisent dans ce cadre une recherche interdisciplinaire qui développe le concept de modèle simplexe afin de renouveler l’approche organisationnelle et humaine des opérations.

    Le livre « Faisons Simplexe de A à Z » présente leurs travaux :

    « La simplexité est une idée neuve, un concept en devenir. Ce volume a l’ambition de donner des pistes pour ancrer la simplexité dans l’action au quotidien, dans le faire. Face à la prolifération actuelle de méthodes pour simplifier et face au constat que la frénésie de simplification aboutit à accroître la complication, y compris virtuelle, il est nécessaire de trouver des nouveaux principes qui permettent de vivre avec la complexité plutôt que de s’acharner à vouloir la maîtriser. Ces nouveaux principes donnent à la tactique une place prioritaire, aux opérateurs et aux opérationnels un rôle clé, quel que soit le métier. C’est un enjeu de société majeur que de réussir à faire simplexe. C’est un enjeu capital pour les entreprises tout comme pour les organismes de recherche, les États et les individus que de trans- former en profondeur leur manière de voir le monde et son évolution, d’envisager leur action et de se lier les uns aux autres. Faire simplexe signifie organiser l’autorégulation de l’action collective, favoriser l’éclosion de propriétés émergentes, reconnaître la force de la subjectivité et de l’émotion. »  

 

 

 

Retour